Saintexpress 2013 – Compte-rendu de mon premier ultra.

© GIlles Reboisson

© GIlles Reboisson

La Saintélyon est une course nocturne entre Saint-Étienne et Lyon sur un parcours que les locaux appellent “les montagnes russes”, parce qu’effectivement, ça monte et ça descend sans arrêt.

Le parcours évolue chaque année et, pour sa 60e édition cette année, le parcours faisait 75 km.

Cette course est assez connue dans le milieu, parce que c’est une des plus anciennes courses de France (initialement créée par des cyclistes lyonnais qui faisaient la distance en marchant en guise d’entraînement hivernal).

Le premier week-end de décembre, trois courses arrivent en fait à Lyon partant soit de Saint-Étienne (la Saintélyon proprement dite), de Sainte-Catherine (la Saintexpress, un “maratrail” de 45km) ou de Soucieu-en-Jarrest pour la version “courte” de 21km (la Saintésprint).

Bien que toute l’attention se porte évidemment sur la version mère de cette course, j’ai décidé de participer cette année à la Saintexpress, course qui présente plusieurs intérêts :

  • sa distance, (juste au-dessus du marathon), en fait un ultra accessible aux marathoniens voulant dépasser la distance mythique des 42,195 km sans passer directement aux 80 ou aux 100 km ;

  • son dénivelé : 800 m en positif et 1300 m en négatif change des parcours roulants auxquels on peut vite s’habituer ;

  • son parcours moitié route, moitié chemin en fait une bonne initiation au trail ;

  • l’heure de départ : la Saintexpress part à 23h, c’est donc à la frontale qu’il faut négocier son parcours, sensations garanties ;

  • la météo : la neige, le verglas,  pour pimenter les conditions de route et la température négative pour rester éveillé (-3° C. en moyenne cette année).

Bref, de quoi s’amuser un samedi soir. Et de quoi vivre un tas de trucs, dans sa tête et dans ses jambes. C’est ce que je vais tenter de te raconter ici, pêle-mêle, parce qu’à l’arrivée d’une telle course, mon cerveau marchait effectivement en mode aléatoire. Et je te garantis que je n’étais pas le seul.

Lire la suite

Tagué , , , , ,

Ce que je porterai pour la Saintexpress.

Matériel running saintexpress trail ultra

Gants, Gels, barres « longue distance », chaussettes, cardiofréquencemètre, sacs 2 gourdes à l’avant, poche supplémentaire (poubelle), lampte frontale, buffs, casquette.

Je lance ce blog une semaine avant la #Saintexpress, mon premier (mini) ultra. 45km dans la neige et le froid et la nuit et… non, c’est tout. C’est bien déjà.

Attaquons donc dans le vif du sujet parce qu’on n’est pas là pour faire des tours d’échauffement.

Pour terminer ma prépa, j’ai effectué 2 sorties ce weekend d’environ 18 km chacune. La première de nuit au bois de Boulogne. J’ai pu y tester 80% du matériel (il ne faisait pas assez froid pour tester la tenue complète). C’est quoi cette tenue ? Je vais vous le dire :

  • T-shirt de compression manches courtes
  • T-shirt manches longues
  • coupe-vent ;
  • une paire de guêtres (testées dans le sable du parcours réservé aux chevaux) ;
  • sac à dos avec 2 gourdes (1 boisson d’effort, 1 boisson de récup’) ;
  • collant thermique ;
  • gants (option tactile) ;
  • chaussures de trail ;
  • chaussettes. J’ai opté pour une seule paire, un modèle pour le running classique pour pouvoir respirer et évacuer plus facilement l’humidité, les guêtres feront le reste ;
  • buff : j’en porterai 2 le jour J pour avoir plusieurs options (tête et cou) voire ne laisser que les yeux libres pour éviter le gel de face. En respirant par la bouche, je devrai avoir un vrai petit chauffage portable ;
  • casquette technique ;
  • Chaînes #Yaktrax à mettre dans le sac en cas de verglas ou de neige bien damée (ce qui semble être le cas).

Des options ? Peut-être des manchons de mollets sous le collant. En cas de pied qui s’enfonce dans la neige, c’est une sécurité de plus et ça réchauffera les pieds.

Tagué , ,
%d blogueurs aiment cette page :